DOMAINES D'ACTIONS DE L'ADESE

QUELQUES REALISATIONS DE L'ADESE

II. QUELQUES  REALISATIONS DE L’ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL (ADESE)

Ces dernieres annees, les réalisations de l’ADESE s’articulent autours des principales activités suivantes :

2.1.Sensibilisation des populations rurales sur les initiatives de lutte contre la pauvreté

Développement holistique

Afin de promouvoir le développement social, économique et spirituels des chrétiens des zones rurales, l’ADESE organisée un séminaire de formation sur le CHRETIEN ET LE DEVELOPPEMENT. Du 15 au 22 décembre 2010 à MOHO-MOKONG, les capacités de cinquante (50) responsables des Eglises et Groupes ont été renforcées sur le leadership, le développement durable, la gestion des ressources et la création d’une entreprise en zone rurale.

En août 2011, l’ADESE a animé un atelier des jeunes sur ENTREPRENARIAT CHRETIEN. Le but du séminaire était de renforcer et développer les capacités des jeunes chrétiens dans la création et la gestion d’une entreprise. De manière spécifique il s’agissait de :

  • Permettre aux participants d'avoir une bonne compréhension des concepts de développement et d’entrepreneuriat
  • Permettre aux participants de maîtriser la démarche et les étapes de création et de gestion d’une entreprise, notamment la conception, l'implantation et le suivi évaluation de toute initiative de développement
  • Stimuler l’esprit de créativité chez les jeunes chrétiens pour les rendre indépendants, etc.

Création et gestion des greniers communautaires

L’économie de la Région de l'Extrême-Nord est entièrement agricole. L’agriculture et l’élevage sont les principales activités des populations de la zone. Les différentes spéculations agricoles sont le mil, le sorgho, le mais, le riz, l’arachide, niébé, le soja, le coton.   Dans cette partie du pays, les populations de la Zone Mokolo Plaine du Mayo-Tsanaga, bien que agriculteurs traversent d’énormes difficultés d’approvisionnements en denrées alimentaires (mil ou maïs) pour leur survie.

Dans le but d’améliorer les conditions de vie des populations de cette zone, l’ADESE a initié plusieurs actions.  Il s’agit des rencontres de sensibilisation et d’information et de la mise sur pied un programme de création et gestion des greniers communautaires. A cet effet, l’ADESE exécute un  programme de sécurité alimentaire dans la région de l’Extrême-Nord Cameroun en partenariat avec le Réseau de Lutte Contre la Faim (RELUFA). Compte tenu de la dégradation de la situation alimentaire et nutritionnelle qui prévalait dans la région, l’ADESE se propose de mettre sur pied un grenier de stockage des céréales et encourages les ruraux à mettre sur pieds des greniers communautaires. Ces permettent ainsi aux villageois de gérer eux-mêmes la distribution alimentaire et refréner les mécanismes d’usure engendrant la pauvreté. Des rencontres de sensibilisation sur la gestion des denrées ont été également organisées et animées par les cadres de l’ADESE. Les paysans apprécient largement les différents moments d’information et d’enseignement, et d’échanges entre les acteurs du monde rural.

Promotion des Activités Génératrices de Revenus (AGR)

A cause de l’exode rural, plusieurs jeunes se retrouvent dans les grandes villes (Yaoundé, Douala, Bafoussam, Garoua, etc)  sans emplois et ne peuvent ainsi subvenir aux besoins quotidiens. Pour contribuer à la réduction du taux de chômage et à lutte contre la pauvreté au Cameroun, l’ADESE a organisé et animé plusieurs séminaires sur l’entrepreneuriat jeunes et le montage des projets régénérateurs de revenus. Plusieurs jeunes ont bénéficié de cette formation et valorisé les connaissances acquises par la création des micro-projets. L’ADESE a ainsi contribué a la réalisation des projets des  jeunes dans les secteurs de l’agriculture (transformation des fruits, fabrication du yaourt, vente des denrées alimentaires), de la communication (Call box), de l’habillement, etc.. Ceci permet de les occuper et par conséquent leur fournir de l’argent. Le jus naturel est bien apprécié par la plupart de la population de cette ville. C’est aussi une façon de gagner de l’argent tout en encourageant les compatriotes à consommer camerounais les fruits transformés (ananas, papaye, mangue, citron, betterave, goyave, banane, etc). 

L’ADESE a apporté l’appui technique aux jeunes du Mouvement des Jeunes de Mokong (MOJEM) à Yaoundé.

Développement de l’agriculture et de l’élevage

Un Appui-conseil a été apporté aux  producteurs d’oignon de BOULA et ses environs (Extrême-Nord, Cameroun). En effet, Boula  regorge des potentielles ressources naturelles et humaines favorables au développement des activités agricoles et pastorales. Il existe dans ce village plus de huit (8) groupes d’initiatives communes (GIC) et une union des GIC producteurs d’oignons, ail, carottes, tomates, salades et divers légumes. Pour l’élevage, une concertation a été organisée en vue d’encourager les agro-éleveurs à se mettre ensemble pour pouvoir  agir efficacement.

Promotion des initiatives des Femmes rurales

 L’ADESE célèbre chaque année avec diverses groupes de femmes la journée internationale de la femme rurale. A cet effet, elle organise dans une localité au choix un week-end d’actions en partenariat avec l’Alliance œcuménique « Agir ensemble » (EAA).

2.2. ACTIONS DE LUTTE CONTRE L’AVANCEE DU DESERT

L’environnement est considéré comme un ensemble constitué des êtres vivants et des éléments physiques propres à une localité. Sa préservation est vitale tant à la population qu’a leurs animaux ainsi que la faune sauvage. 

  • Sensibilisation et formation des paysans aux actions de reboisement

Plusieurs rencontres de sensibilisation et de formation ont été organisées dans les cantons de Mokong, Boula par l’ADESE. Sous la conduite du Chef des Projets et Programmes de l’ADESE, l’Ingénieur Agro-zootechnicien FOUNADOUDOU, les paysans des divers villages ont été entretenu sur les conséquences du changement climatique, le rôle d’un arbre, l’importance de planter et entretenir un arbre. Le formateur n’a également cessé d’expliquer aux populations le rôle des locaux dans le développement de leur village et l’importance d’y impliquer les femmes et jeunes.

 

Des concertations ont été entreprises avec les pépiniéristes de la zone. A cet effet, quatre pépiniéristes travaillent avec l’ADESE, deux à Mokong, un Boula et un à Zidim. L’ADESE  leur apporte son appui technique et financier dans la gestion des pépinières. 

 

  • Actions de reboisement

Le reboisement est une action essentielle à restaurer les sols dégradés, à freiner l’érosion et à contribuer efficacement au maintien de l’équilibre de l’écosystème. Il se présente ici comme une alternative de diversification d’activités et d’amélioration des revenus des paysans. Reboiser est en fait une action de préservation des ressources naturelles pour les générations futures. L’ADESE a lancé son projet de reboisement en cette année 2009 à Boula. Monsieur GARGA André, pépiniériste de Djamdoudi  a travaillé activement dans la mise sur pied des plants en pépinière, la distribution et le suivi des plans auprès des paysans bénéficiaires. En 2010 et 2011, l’ADESE réalise un projet d’éducation environnementale, vulgarisation sylvicole, la production des plants forestiers, la plantation et l’entretien de trois mille arbres dans l’arrondissement de FIGUIL.

 

A Yaoundé, en partenariat avec le groupe ENFANT VERT de l’Université Protestante de l’Afrique Centrale (UPAC), l’ADESE célèbre la journée internationale de l’environnement.  En effet, au cours de la semaine des activités de sensibilisation (sketchs, poèmes, chants, récits et études Bibliques)  sur la protection de l’environnement sont organisées. Les enfants, membres de ce groupe s’attèlent à planter et entretenir un arbre au sein de l’UPAC.

2.3. APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE ET EN EAU DU BETAIL

Au Cameroun, les ressources en eau sont nombreuses et variées. Leur répartition est inégale et est très souvent influencée par le climat. En effet, l’eau ne manque pas, elle est simplement mal exploitée. A l’Extrême-Nord on observe des saisons des pluies violentes et irrégulières, crues, inondations et sécheresses prolongées.

Dans le Mayo-Tsanaga et particulièrement dans la zone MOKOLO PLAINE, les conditions de l'accès à l'eau potable sont variées : sources aménagées ou non, puits équipés ou non de pompes à motricité humaine. L'accès à l'eau est l'un des plus grands défis pour le développement durable du Mayo-Tsanaga. Le manque des retenues d’eau collinaires ou de mares aménagées pour l’abreuvement du bétail, le manque des puits villageois constitue des sources de conflits entre pasteurs et agriculteurs en saison sèche. Pour contribuer à l’amélioration cette situation dans la zone, l’ADESE a :

  • Création d’une mare artificielle

Une mare artificielle a été réalisé par l’ADESE à MOHO-MOKONG. Ce projet vise à développer les activités agropastorales dans les villages du canton de Mokong. ADESE a par ailleurs contribuer à la réalisation de quelques puits dans les villages. Des causeries éducatives ont été aussi animées au sujet de l’assainissement autours des puits. Quelques abreuvoirs des ruminants ont été réalisés à MOHO.

A la demande des populations, des études préliminaires ont été effectuées dans les villages de BOULA et DIMEO en vue de réhabiliter et/ou créer une mare artificielle susceptible de servir à l’abreuvement des animaux et à faciliter l’infiltration d’eau pour creusement des puits (cas de DIMEO).

  • Renforcement des capacités de ses cadres

Dans le domaine de l’hydraulique, l’ADESE œuvre dans la création et la gestion intégrée des points d’eaux potable et pastoraux (puits, mares artificielles) afin d’amélioration l’accès à l’eau potable et eau du bétail. Dans ce cadre, Monsieur FOUNADOUDOU a participé à la session de formation sur « APPROCHE GIRE DANS LES PROGRAMMES ET PROJETS DE GESTION ET MISE EN VALEUR DES RESSOURCES EN EAU » organisée en Août 2009 à MBALMAYO (Région du Centre) par l’Union Européenne en partenariat avec l’Institut International de l’Eau et l’Environnement (2IE) d’OUAGADOU. Les photographies ci-après témoignent de l’importance de l’étude sur la GIRE organisée au Cameroun.

L’association a appuyé les recherches menées par monsieur BACHELARD BIROU MBIMA dans la ville de Yaoundé sur LES EGLISES PROTESTANTES ET LA LUTTE CONTRE LE VIH/SIDA AU CAMEROUN : CAS DES EGLISES MEMBRES DU CEPCA.

2.4.Programme de microcrédit de lutte contre la pauvreté (Credit Against Poverty : CAP)

En partenariat avec le RESEAU DE LUTTRE CONTRE LA FAIM (RELUFA), l’ADESE travaille auprès des agriculteurs, éleveurs et commerçants en vue d’augmenter leurs fonds d’activités et d’améliorer leurs conditions de vie. Le programme CAP est subdivisé est en quatre sous-programmes à savoir CAP Courants, CAP femmes, CAP Vacances et CAP scolaires, tous visent à soutenir les membres cibles engagés à améliorer leur bien être.

 

L’initiative CAP VACANCES est conçue spécialement pour donner aux élèves,  étudiants, jeunes chômeurs et entrepreneurs, la possibilité d’apporter des solutions à même d’améliorer leur situation financière difficile et de les aider à lancer de petites activités génératrices de revenus (AGR), afin de pouvoir ainsi se prendre progressivement en main. C’est une possibilité offerte aux jeunes de rendre utile leurs vacances..

 

Les bénéficiaires sont pour la plupart les originaires et ou habitants de la région de l’Extrême-Nord. Cette forte demande en microcrédit dans la région de l’Extrême-Nord se justifie par l’extrême pauvreté des populations qui n’ont pour seul source de revenu que l’agriculture improductive de nos jours à cause de l’explosion démographique, du changement climatique, de la dégradation des sols, de la prédominance des variétés peu productives et j’en passe.

 

7.  EDUCATION

Il est bien connu que l'éducation est essentielle au développement socio-économique, surtout pour les pauvres dans les pays en développement. Par ailleurs, les citoyens qui peuvent lire, calculer et penser de façon critique ont mieux les possibilités économiques, augmentation de la productivité agricole, des enfants en meilleure santé et améliorer la santé et droits.

Ainsi, dans le domaine de l’éducation, l’ADSE a animé des causeries éducatives auprès des jeunes et des parents, pour une prise de conscience collective a envoyer et soutenir  les enfants à l’école pour les parents et se donner aux études pour les enfants.

 

8. SANTE

En santé, l’ADESE a organisé des séminaires sensibilisation et de formation sur le VIH/SIDA  à Yaoundé, Mbandjock et Guider. L’Association a organisé à l’Université Protestante d’Afrique Centrale de Yaoundé un séminaire de formation de paires éducateurs sur le VIH/SIDA. Mr BANAI Robert a animé en 2009 à Yaoundé une causerie éducative sur l’hépatite B. L’association a soutenu l’étude réalisée  en 2010 par monsieur BACHELARD BIROU MBIMA dans la ville de Yaoundé sur LE ROLE DES CONFESSIONS RELIGIEUSES DANS LA LUTTE CONTRE LE VIH/SIDA AU CAMEROUN.

 

9. FINANCEMENT DES ACTIVITES

Les sources de financement des activités de l’ADESE sont des cotisations des membres, d’éventuels produits des activités, des dons et subventions des partenaires.

 

10. DIFFICULTES RENCONTRES

L’ADESE a rencontré quelques difficultés au cours de l’année. Il s’agit de :

-       Manque des moyens financiers 

Il faut relever que faute de manque des moyens, plusieurs groupes n’ont pas bénéficiés d’appui-conseil au cours de ces années. Nous regrettons cette situation et croyons que le Seigneur Jésus, le Dieu de l’or et de l’argent permettra que tous les villages soient atteints par les cadres d’appui de l’ADESE. Plusieurs projets dans les domaines de l’hydraulique, environnement, éducation, santé et agropastoraux n’ont pas jusqu'à ce jour du financement. 

-       Difficultés de remboursement du microcrédit

Pour le programme CAP, quelques groupes ont connu de problèmes de remboursement à cause de faible rendement agricole. Ils n’ont pas ainsi respecté les échéances de remboursements. Ce qui empêche les autres personnes ou groupes d’en bénéficier.

-       Enclavement des villages

Les villages sollicitant l’action de l’ADESE sont nombreux. L’enclavement de certains villages et même le mauvais état des routes ne permettent  pas à l’ADESE de les atteindre.

-       Instabilité des membres

L’instabilité de certains membres très actifs a fait en sorte que le chef des projets et programmes assume plusieurs fonctions. Ce qui ne favorise pas une action efficace.

 

11. PERSPECTIVES  

L’ADESE a une grande ambition qui est de contribuer a l’amélioration des conditions de vie des populations en zones rurales a travers les actions suivantes :

  • Etre plus prêt des populations au cours des années avenirs. En effet, en  dehors des régions de  l’Extrême-Nord,  Nord et Centre, l’ADESE entend étendre ses activités au cours de l’année 2012 dans les régions du Littoral, Adamaoua et l’Est, les autres suivront au fil des années ;
  • Intensifier les actions de sensibilisation et de formation dans le domaine du développement durable, la décentralisation, le genre, etc.
  • Créer un jardin botanique ;
  • Vulgariser les nouvelles pratiques d’amélioration de la fertilité des sols dégradés ;
  • Créer un centre de formation professionnelle en agropastoral;
  • Œuvrer auprès des personnes vulnérables (orphelins, malades du VIH/SIDA, etc.) ;
  • Animer des tables rondes, conférences et causeries éducatives sur des thématiques liées au développement holistique ;
  • Organiser des formations pratiques (fabrication des jus, savons, yaourt, embouche, couture, informatique, etc.) ;
  • Construire et équiper des salles de classe ;
  • Contribuer a l’élaboration du plan de développement de MOKOLO PLAINE.

 

CONCLUSION

L’ADESE est une organisation de la société civile qui œuvre dans quelques régions du triangle national. Elle intervient dans plusieurs domaines d’activités, tous ceux-ci en vue d’améliorer les conditions de vie des populations du Cameroun. Les photographies 1 à 17 résument les différentes études ou réalisations de l’ADESE au cours de trois années (2009  à   2011). Malgré l’engouement de l’association à œuvrer dans les zones rurales, elle a fait face au manque des moyens financier et humain nécessaire à  réaliser convenablement les projets et programmes mis en place. Dans divers domaines d’activités, l’ADESE a reçu plusieurs dossiers d’études, de montage, réalisations de projets. Le souhait de l’association est de tout faire pour satisfaire aux besoins desdites populations. A cet effet, nos portes restent largement ouvertes aux organismes ou personnes de bonne volonté pour venir en aide a ces populations dont les ressources sont très limitées.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site